Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cétoine doré !! (Cetonia aurata)










Il est revenu mon insecte préféré, le bijou de mes roses , le cétoine doré










Cétoine doré
dans mes roses tu te plais
  mon bonheur tu fais




C'est un insecte de 1,5 à 2 cm présentant une grande variation chromatique : souvent de couleur vert métallisé plus ou moins vive, il est parfois teinté de rouge, de bleu, de jaune cuivré avec des petites taches blanches plus ou moins marquées, voire absentes, alignées transversalement sur les élytres.


Les élytres sont soudées, donc ne s'ouvrent pas en vol, mais un espace permet le déploiement latéral des ailes membraneuses, sous les élytres. L'abdomen du mâle présente une petite dépression ventrale, ce qui permet de différencier les sexes.

La larve est de type melolonthoïde, comme celle du hanneton (ver blanc) avec laquelle elle peut être confondue.

 

L'adulte (ou imago) se rencontre en été. Il mange les étamines des fleurs pour leur pollen (ce qui constitue une castration des étamines).

http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9toine_dor%C3%A9e





Qui mieux que l'entomologiste Jean henri Fabre n'en parle aussi bien  :


La Cétoine mérite mention très honorable. Elle est de belle taille, propice à l'observation. Si elle manque d'élégance dans sa configuration massive, carrément coupée, elle a pour elle le somptueux : rutilance du cuivre, éclair de l'or, sévère éclat du bronze tel que le donne le polissoir du fondeur. Elle est une habituée de l'enclos, une voisine, et de ce fait elle m'épargnera des courses qui commencent à me peser. Enfin, condition excellente quand on désire être compris de tous, elle est connue de chacun, sinon sous sa dénomination classique, du moins comme objet non étranger au regard.

Qui ne l'a vue, pareille à une grosse émeraude couchée au sein d'une rose, dont elle relève le tendre incarnat par la richesse de sa joaillerie ? En ce lit voluptueux d'étamines et de pétales, elle s'incruste, immobile ; elle y passe la nuit, elle y passe le jour, enivrée de senteur capiteuse et grisée de nectar. Il faut l'aiguillon d'un âpre soleil pour la tirer de sa béatitude et la faire envoler d'un essor bourdonnant.


Souvenirs entomologiques, Jean-Henri FABRE(extrait)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Embrun 04/09/2009 21:44

Un vrai bijou

cinochette 15/07/2009 17:41

Toujours bien jolies tes photos, puis-je me permettre de te demander quel est ton appareil et comment fais tu pour encadrer les images ? merci.Gin.

Zinninia 25/06/2009 15:31

ça y est la photo promise est sortie de mes cartons, elle est sur mon blog !!!
Amicalement.

Vividecateri 25/06/2009 15:24

Bonjour toi. j'ai vraiment tort de ne pas te rendre visite plus souvent. Je voudrais avoir plus de temps...Je viens de faire un joli voyage en Bretagne et chez toi en écoutant la belle voix de Philippe Jarrousky. Merci pour le cosmos cacao, les fleurs de la saint-jean,les fées, les masques de Venise où j'aimerais retourner ...La cétoine que je connais bien et Fabre aussi j'ai ses oeuvres et souvent je vais lire quelques morceaux.Merci pour tout Bisous

PascalXLD 25/06/2009 07:29

Belle série avec cette insecte

Bonne journée